Albanese s’engage à respecter les traités et à dire la vérité alors que les enfants autochtones ne parviennent pas à s’épanouir

Le gouvernement fédéral reste déterminé à dire la vérité et à conclure des traités, a déclaré le Premier ministre Anthony Albanese, mais a averti que les travaillistes prendraient du temps pour garantir que la réponse nationale trouve le bon équilibre.

Dans son premier grand discours sur les affaires autochtones depuis la défaite de Voice au référendum parlementaire d’octobre dernier, Albanese a donné une réponse officielle au rapport annuel Closing the Gap sur les désavantages autochtones, 16 ans après que l’ancien premier ministre Kevin Rudd ait présenté des excuses nationales.

La ministre des Australiens autochtones, Linda Burney, a déclaré que le gouvernement prendrait le temps de prendre sa bonne position. Crédit: Alex Ellinghausen

Le Premier ministre a souligné quatre mesures clés dans le rapport qui s’aggravaient : les jeunes enfants ne parvenaient pas à s’épanouir, davantage d’enfants étaient désormais pris en charge hors de leur foyer, davantage d’adultes étaient en prison et le nombre de suicides avait augmenté.

Le rapport révèle que seuls quatre des 19 résultats socio-économiques des Australiens aborigènes étaient en passe d’atteindre leurs objectifs, tandis que 11 sur 19 s’amélioraient.

Quatre autres mesures – l’accès des Australiens autochtones à un logement sûr et abordable, les jeunes travaillant ou faisant des études, les personnes jouissant d’une vie longue et en bonne santé et les bébés naissant en bonne santé et forts – se sont améliorées mais ne sont pas sur la bonne voie.

« Les Australiens veulent réduire l’écart. Les Australiens croient au fair-play. Ce gouvernement reste déterminé à faire avancer la réconciliation et à rechercher de meilleurs résultats pour les Australiens autochtones », a déclaré Albanese au Parlement.

« Alors que nous prenons le temps nécessaire pour obtenir Makaratta [agreement, or treaty-making] et de dire la vérité, le travail du traité se poursuit au niveau des États et des territoires… et nous répondrons à leurs progrès tout en nous concentrant sur nos responsabilités immédiates – combler l’écart, l’autodétermination et des résultats tangibles, en particulier en matière d’emplois, le logement, l’éducation, la santé et la justice.

La Déclaration du cœur d’Uluru de 2017 des dirigeants autochtones a appelé à faire entendre sa voix au Parlement, ainsi qu’à dire la vérité et à conclure un traité, et les commentaires d’Albanese suggèrent que le gouvernement reste prudemment engagé sur ces deux derniers éléments – même s’il n’y a pas de calendrier fixé par le Premier ministre.