Ariarne Titmus bat presque le record du monde, Emma McKeon et Elijah Winnington réservent des places aux Jeux Olympiques

« Je ne m'attendais pas à aller aussi vite. Nager comme ça me donne une bonne confiance. Le but n'est pas de nager de mon mieux ici, le but est simplement de réserver votre billet. J'ai hâte de voir ce que je peux faire maintenant à Paris.

«J'étais assez intrépide. En fin de compte, les essais sont un peu une chance pour moi. Je n'ai pas à craindre de passer sous le temps de qualification. Donc si je fais des trucs, j'ai le luxe de faire probablement encore partie de l'équipe. Être si proche de mon record aux essais est vraiment excitant.

La détentrice du record du monde et championne olympique en titre estime qu'elle est dans la meilleure condition de sa vie et ce résultat donne certainement de la crédibilité à cette déclaration.

Titmus a été la première nageuse à faire officiellement partie de l'équipe olympique australienne de natation, Lani Pallister réservant son billet pour Paris sept secondes plus tard en 4:02,27.

L'entraîneur de Titmus, Dean Boxall, mâchait férocement du chewing-gum sur la terrasse de la piscine et devenait plus animé à chaque coup dans les derniers instants avec un record du monde de distance de contact.

Il y a trois ans, lors de ces essais, Titmus a réalisé un temps de 3 :56,9 avant sa victoire du « singe sur le dos » contre Katie Ledecky aux Jeux olympiques de Tokyo qui vivront dans le folklore australien de la natation.

L'émergence de l'adolescente canadienne McIntosh a ajouté une troisième dimension à une course déjà alléchante lorsque le jeune a battu le record du monde de Titmus l'année dernière, mais l'Australienne s'est rétablie comme celle à battre à Paris.

Pallister cherche désespérément à franchir la barre magique des quatre minutes depuis plusieurs années, mais elle peut attendre ses premiers Jeux olympiques. Elle vise à devenir la sixième femme de l'histoire à réussir cet exploit, après Titmus, McIntosh, Ledecky, Federica Pellegrini et Erika Fairweather.

Lani Pallister après avoir fait partie de sa première équipe olympique.

Pallister rejoint sa mère, Janelle, comme un autre olympien de la famille. Alors qu'elle sortait de la piscine, Pallister a été accueillie par sa marraine, Dawn Fraser, pour un câlin de célébration après avoir surmonté une opération cardiaque et un trouble de l'alimentation au cours des dernières années.

« Il y a trois ans… je ne pensais pas que je serais ici derrière les blocs », a déclaré Pallister, ému. « Participer à mes premiers Jeux olympiques, aux côtés d’Arnie, ça va être incroyable. Je suis juste vraiment reconnaissant.

Pendant ce temps, Winnington a battu Short au 400 m nage libre masculin pour rappeler encore une fois qu'il est sérieux.

Même si le temps de 3:43,26 n'était pas très impressionnant – les deux nageurs ont été plus rapides au cours des 12 derniers mois – tous deux étaient soulagés de faire partie de l'équipe, sachant que tout ce qui compte, c'est ce qui se passera dans sept semaines.

« Le but d'un essai olympique est évidemment de participer aux Jeux olympiques, c'est donc simplement la case cochée », a déclaré Winnington. « J'ai juste essayé d'y aller, de tout donner et de voir où j'en suis, donc c'est bien d'aborder les Jeux. »

200 m quatre nages individuel femmes

Moins de deux mois après avoir battu le record australien de Steph Rice, Kaylee McKeown a réservé sa place dans une deuxième équipe olympique avec un temps encore plus rapide lors de sa première épreuve au programme.

McKeown (2:06,63) a terminé bien devant Ella Ramsay (2:09,32) et a laissé tomber un autre record australien et a consolidé sa position de la plus rapide du monde cette année.

Le joueur de 22 ans vise à remporter trois médailles d'or individuelles à Paris au 200 m quatre nages individuel, au 100 m dos et au 200 m dos. Compte tenu de sa domination au cours des trois dernières années, s’opposer à elle comporte de nombreux dangers.

« Les Américains se lèvent la semaine prochaine. Je vais juste faire de mon mieux, et j'espère qu'à Paris, mon pied va mieux », a déclaré McKeown sur Channel 9.

100 m brasse hommes

Sam Williamson a devancé Zac Stubblety-Cook en tant que meilleur nageur australien sur 100 m brasse un jour où il a réduit de plus de quatre dixièmes de seconde son record personnel. Le temps de Williamson de 58,8 en finale est un signe réjouissant pour les chances de l'Australie dans le relais quatre nages.

Joshua Yong s'est faufilé en deuxième position et a réservé sa première place olympique d'un centième de seconde.

100 m papillon femmes

Emma McKeon part pour de nouveaux Jeux olympiques après sa confortable victoire au 100 m papillon.

Après avoir décroché une médaille de bronze à Tokyo, McKeon a assuré sa place dans l'équipe avec un temps de 56,85, devant Alex Perkins (57,33) qui n'a pas dépassé le temps de qualification de Swimming Australia et fait maintenant face à une attente nerveuse avant que les sélectionneurs choisissent officiellement les Dolphins. équipe samedi.

« La pression est toujours forte et les essais olympiques sont tout simplement fous, donc tout le monde sera toujours très nerveux », a déclaré McKeon. « Je suis content d'avoir réglé mon premier. »