Graham Arnold construit une mentalité de siège. Il pourrait transporter les Socceroos jusqu’au bout

Alors, comment Arnold peut-il les faire se sentir à nouveau comme des outsiders ?

Il existe de nombreuses histoires sur la façon dont Arnold a motivé ses joueurs des Central Coast Mariners et du Sydney FC, en épinglant des articles de journaux sur les murs du vestiaire et en les convainquant que tout le monde pensait qu’ils étaient nuls pour provoquer une réaction. Il a fait quelque chose de similaire lors de la Coupe du monde, en utilisant à son avantage l’attitude dédaigneuse des nations rivales envers l’Australie.

XI DE DÉPART PROJETÉS

Australie (4-2-3-1) : Maty Ryan ; Gethin Jones, Harry Souttar, Cameron Burgess, Aziz Behich ; Jackson Irvine, Keanu Baccus ; Martin Boyle, Riley McGree, Craig Goodwin ; Mitchell Duc.

Corée du Sud (4-2-3-1) : Cho Hyun-Woo ; Kim Tae-Hwan, Kim Young-Gwon, Kim Min-Jae, Lee Ki-Jee ; Hwang In-Beom, Park Yong-Woo ; Lee Kang-In, Lee Jae-Sung, Son Heung-Min ; Cho Gue-Sung.

« Ces salauds ne savent pas qui sont les joueurs australiens », a déclaré Arnold à ses joueurs avant d’affronter l’Argentine en huitièmes de finale, comme le montre le documentaire Netflix. Capitaines de la Coupe du Monde. « Allez leur montrer ***** qui nous sommes. Et à la fin, offrez-leur votre chemise lorsque vous les battez. Sortez et entrez dans ces *****.

Alex Brosque, son ancien capitaine au Sydney FC, sent qu’Arnold revient à ses vieux tours.

« La réalité est que tout le monde s’attend à ce que l’équipe soit sur le point de la gagner, en raison de ses bons résultats à la Coupe du Monde et de la qualité de son jeu depuis », a déclaré Brosque sur l’émission de radio SEN. Le jeu mondial cette semaine.

« Il a contribué à construire cela en utilisant au départ toute la mentalité de siège. Maintenant, nous nous attendons à ce qu’ils gagnent, et nous les critiquons, et il revient encore une fois à « personne ne pense que nous pouvons le faire », ou « personne ne pense que nous sommes assez bons ». J’ai l’impression qu’il utilise ça pour créer cette bulle dans le vestiaire là-bas – « que chez nous, c’est ce qu’ils disent, ils pensent que nous ne pouvons pas le faire ». Allons leur prouver qu’ils ont tort. Il a toujours tiré le meilleur de ses côtés, je crois, lorsque c’est le cas.

Et donc avec un quart de finale à venir samedi matin (2h30 AEDT) contre la Corée du Sud, la force de cette bulle est sur le point d’être mise à l’épreuve. Cela ressemble à un tirage au sort. La Corée du Sud est, homme pour homme, la meilleure équipe. Mais ils sont classés trois places derrière l’Australie, selon le classement projeté de la FIFA. Et les Socceroos ont le luxe de deux jours de repos supplémentaires et d’un bon état de santé. Certains juges pourraient même les considérer comme de légers favoris. La société de statistiques réputée Opta a, en fait, fait d’eux les favoris égaux avec le Japon pour tout remporter à partir d’ici.

Leur football brutal a été difficile en phase de groupes, mais personne ne s’en souciera si les Socceroos doivent se frayer un chemin jusqu’aux demi-finales et au-delà, si c’est ce qu’il faut. Au risque de briser l’illusion, nous leur souhaitons bonne chance.