Le temps passe dans une prison pour femmes dans la deuxième série

Ceci, note Whittaker, est très différent de ce qui arrive à la plupart des hommes.

Bella Ramsey incarne une jeune héroïnomane dans le drame carcéral Time.Crédit: Vision

« Lorsqu’un homme est renvoyé, très souvent, sa vie familiale continue, parce qu’elle est soutenue et soutenue par les personnes qu’il a laissées au foyer, mais dans cette situation, très souvent, c’est toute la vie d’une femme qui s’effondre. »

Cet effondrement s’incarne sous une autre forme dans Temps par l’expérience de Kelsey, une héroïnomane de 19 ans jouée par Le dernier d’entre nousC’est Bella Ramsay. Kelsey est un personnage très différent d’Orla mais comme le note Ramsay, cette peine de prison, qui n’est pas sa première, est aussi le résultat d’un échec systémique.

« Elle s’est retrouvée dans le système carcéral britannique, principalement à cause des cartes qu’on lui a remises dans la vie », explique Ramsay. « Elle n’a pas fait de très bons choix et elle est impliquée dans un trafic de drogue. Mais cela est en grande partie dû à son terrible petit ami, Adam. [Nicholas Nunn]. Elle est comme une jeune personne vraiment perdue et seule qui n’a pas bénéficié d’un bon système de soutien.

Temps plonge Orla, Kelsey et Abi (Tamara Lawrance, également superbe) dans des cellules partagées et dans la vie de chacun lorsqu’ils arrivent à la prison fictive de Carlingford le même jour. Whittaker revenait directement du tournage de Paramount+ Une nuit à Sydney et avait raté toute la période de répétition avec la réalisatrice Andrea Harkin (Les confessions de Frannie Langton). Ironiquement, dit-elle, son manque de préparation (et le décalage horaire) l’ont fait se sentir aussi surprise et perplexe que son personnage.

« En fait, la meilleure chose à faire, c’est que j’ai atterri d’Australie et que je suis arrivé sur le plateau six jours plus tard. Tout le monde avait commencé à tirer ; Je me sentais complètement perdu et je ne savais pas ce qui se passait. Et c’était parfait. C’était la méthode la plus utilisée que j’ai jamais utilisée, je n’avais aucune idée de ce qui se passait.

Toutes leurs scènes d’ouverture se sont déroulées dans une véritable cellule de détention de la police.

«Nous avons tourné au poste de police de St. Helens», explique Bella Ramsay, «donc tous les moments où nous arrivons en prison pour la première fois semblaient très réels. C’était genre effrayant. C’était comme si tous les bruits étaient amplifiés. C’était réel au point qu’on pouvait presque sentir ça… on pouvait sentir les autres personnes qui étaient là auparavant.

Plus tard, les trois femmes déménagent dans une autre prison, une autre cellule, mais non moins claustrophobe.

«C’était une ancienne caserne militaire», raconte Ramsay avec un frisson. « Il y avait une très mauvaise énergie. Oui, nous étions tous très heureux de partir.

Jimmy McGovern : sa nouvelle série se déroule dans une prison pour femmes.

Jimmy McGovern : sa nouvelle série se déroule dans une prison pour femmes.Crédit: Colin McPherson/Corbis via Getty

Chemin faisant, tous deux, comme le spectateur, ont beaucoup appris sur le système carcéral et ses iniquités. Le spectacle est un mélange tendu de l’ennui de l’incarcération et de quelques explosions soudaines et choquantes d’une violence extrême.

« Ce qui était intéressant pour moi, c’était d’apprendre la différence entre un système pénitentiaire pour hommes et un système pénitentiaire pour femmes », explique Bella Ramsay. « Et la manière dont ils peuvent tous deux être tout aussi violents. Cela signifie à la fois la violence physique et la violence émotionnelle. Je pense juste que c’est tellement pénible.

Mais même si l’arc de Jodie Whittaker dans le rôle d’Orla l’emmène dans des endroits où Doctor Who n’est jamais allé, elle dit que sa scène la plus bouleversante était aussi celle qui parlait d’une autre vérité difficile sur les femmes en prison.

« Pour moi, la scène la plus intime, c’était quand j’avais mes règles, parce que j’avais oublié ma pilule. Un tournage qui semblait unique : c’est tellement important que ces histoires soient mises en lumière. La façon dont Jimmy et sa co-scénariste Helen Black l’ont fait semble très réelle : nous ne pensons pas que nous devrions avoir pitié de ces personnages. C’est comme si nous étions avec eux.

L’heure est sur BBC First le mardi à 20h30 à partir du 5 décembre et sur Binge et Foxtel à la demande.

Découvrez les prochaines séries télévisées, séries en streaming et films à ajouter à vos incontournables. Obtenez la liste de surveillance livré tous les jeudis.