Essais d'installation de chargeurs pour véhicules électriques dans le centre de Sydney et à Melbourne

Rob Amphlett Lewis, directeur du groupe des services distribués chez Ausgrid, a déclaré qu'il était en discussion avec le régulateur australien de l'énergie et le gouvernement de la Nouvelle-Galles du Sud pour modifier les règles car il pensait que l'entreprise pourrait le faire plus efficacement et à moindre coût par elle-même.

Le gouvernement de Nouvelle-Galles du Sud s'est fixé comme objectif que 52 % des ventes de voitures neuves d'ici 2030-2031 soient des véhicules électriques. Amphlett Lewis a déclaré qu'il n'y avait que 150 chargeurs en bordure de rue sur son territoire, qui couvre la majeure partie de Sydney, la côte centrale, Newcastle et Hunter. L'entreprise estime que l'État aurait besoin de 30 000 chargeurs publics pour répondre à la demande et de 11 000 chargeurs en bordure de rue dans les seules limites d'Ausgrid.

Selon Amphlett Lewis, la plupart des gens ne veulent pas payer des tarifs exorbitants pour des chargeurs rapides et le fait de ne pas répondre aux besoins de la communauté signifierait que davantage de personnes trouveraient des solutions de fortune, comme « suspendre leur câble à un arbre ou le poser sur le trottoir » pour se brancher à la maison. Il a ajouté qu'un financement gouvernemental serait nécessaire pour garantir que la recharge en bordure de rue ne soit pas plus chère qu'à la maison.

« Nous ne vendrions pas l'électricité, nous ferions exactement ce que nous faisons avec votre maison, c'est-à-dire fournir l'accès à l'électricité à un détaillant pour qu'il fournisse le service », a-t-il déclaré.

Amphlett Lewis a déclaré que la recharge du véhicule au réseau – où le propriétaire du véhicule électrique revend de l'électricité au réseau – pourrait se concrétiser à l'avenir.

Richie Merzian, directeur général par intérim du Smart Energy Council, a déclaré que la solution n'était pas d'augmenter la puissance des réseaux, qui ont tardé à investir dans ce domaine, mais d'ouvrir correctement le marché.

« Les réseaux tentent depuis un certain temps de briser le cloisonnement dans d’autres domaines comme les batteries », a déclaré Merzian. « Cela se fait au détriment d’une concurrence loyale et d’une utilisation optimale des ressources énergétiques domestiques comme l’énergie solaire, les batteries et les pompes à chaleur.

« Il y a des centaines d’entreprises qui souhaitent s’associer aux réseaux pour accélérer la recharge des véhicules électriques. »

Merzian a déclaré que la Norvège, où quatre voitures neuves sur cinq sont des véhicules électriques, disposait d'un modèle de bornes de recharge abordables dans les stations-service plutôt que de petits chargeurs en bordure de rue.

Dan Cass, directeur exécutif de Rewiring Australia, a déclaré : « Nous avons besoin de chargeurs partout dans les communautés, mais cela ne signifie pas qu'il faut les confier à des réseaux de distribution très rentables pour renforcer leur position de monopole. »

Tony Wood, expert en énergie du Grattan Institute, a déclaré qu'il craignait que tous les utilisateurs d'électricité paient pour l'infrastructure plutôt que seulement les propriétaires de véhicules électriques et que cela constituerait « une subvention croisée des pauvres vers les riches ».

En mai, le gouvernement de Nouvelle-Galles du Sud a annoncé qu'il dépenserait 4,1 millions de dollars en subventions aux gouvernements locaux de Sydney et de Newcastle, et directement aux sociétés de recharge de véhicules électriques pour financer 671 ports de recharge de véhicules électriques sur 391 sites.

La ministre du changement climatique et de l'énergie de Nouvelle-Galles du Sud, Penny Sharpe, a déclaré que près de 30 % des conducteurs de Nouvelle-Galles du Sud n'avaient pas accès à un parking privé hors rue pour recharger un véhicule électrique et que ce chiffre était plus élevé dans les zones métropolitaines.

Blaxell explique que son véhicule électrique peut parcourir 300 kilomètres avec une seule charge et qu'il doit le recharger toutes les trois semaines. L'électricité est plus chère que chez lui (même si, en tant que locataire, il n'a pas de panneaux solaires), mais elle est 25 % moins chère que la facture de carburant de l'hybride et environ la moitié du prix d'une voiture à essence.

Il ne se soucie pas de savoir à qui appartient le chargeur. « Ce qui compte, c'est qu'il fonctionne et qu'il soit facile à utiliser », a-t-il déclaré.